Traduction au festival de Cannes : tais-toi !

On pense souvent, à tort, qu'un bon interprète est une personne volubile, qui a toujours quelque chose à dire. Et si c'était l'inverse, s'il s'agissait d'écouter, d'intervenir au minimum ?

Traducteur ou interprète oui, mais passeur de culture avant tout !

De l’importance de localiser les contenus. Cet axiome est valable autant pour la traduction écrite que pour la traduction simultanée.

Il y a quelques années, des interprètes de conférence retenus pour le lancement d’un festival de cinéma international n’étaient pas espagnols. Ils étaient bien hispanophones mais originaires d’Amérique latine et cela a posé quelques problèmes. En effet, ces derniers n’avaient pas toutes les références culturelles du cinéaste espagnol invité…

Le choix des traducteurs pour les contenus web est aussi vital que celui des interprètes

Cela vaut pour les soirées officielles du Festival de Cannes, les interviews ou les press junkets organisés par les attachés de presse, les distributeurs ou même les marques qui sponsorisent bon nombre d’évènements autour du Festival. Dans un cas comme dans l’autre, il s’agit de rendre, de restituer fidèlement les propos des invités, de faire rêver le public. Que ce dernier se trouve dans le Grand Auditorium du Palais des Festivals de Cannes ou devant son petit écran confortablement installé dans son fauteuil Chesterfield à la maison.

Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? Cette question parlera aux cinéphiles parmi vous. On pourrait se demander à quoi rêvent les cinéphiles, les internautes devant les manifestations du Festival de Cannes ?

Ils rêvent de paillettes, de glamour et parfois cela passe aussi par des regards, des attitudes, de petits gestes en apparence insignifiants. Aussi, l’interprète doit être plus qu’attentif pour ne rien laisser passer mais doit aussi apprendre à se taire. C’est une leçon que j’ai retenue de mes interventions au Festival de Cannes, à la Semaine de la Critique. Que ce soit devant le grand public ou face à la presse professionnelle…

Si les journalistes sourient, hochent la tête quand l’acteur s’exprime dans sa langue, parfois nul besoin de traduire cet acquiescement au risque de ralentir ou faire dérailler une conversation qui coule naturellement. Au contraire, si malgré une restitution précise des propos d’un cinéaste, on sent le public interloqué, ne pas hésiter à glisser deux mots de plus, pour faciliter la compréhension. L’interprète de conférence est un passeur, il navigue d’un continent à l’autre, il fluidifie les échanges.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur email
Email

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.