The End of the Book

belangeintl/ juillet 20, 2015/ Traduction/ 0 comments

La fin du livre.

Cette fois-ci c’est la bonne. 

Ça sent le sapin : le livre papier ne fêtera pas Noël.

Comment ça tu n’es pas au courant ? Tu n’as pas vu la une de ton quotidien gratuit ? Ah non, c’est vrai le quotidien gratuit, c’est du pareil au même. Attends, rassure-moi, tu as remarqué l’absence de Direct Matin, Metro ou 20 minutes ces derniers matins dans les distributeurs métalliques placés sur ton chemin quand tu prends le métro, quand tu vas chercher tes croissants… C’est un signe annonciateur du papiercalypse. Allez brisons-là, si tu n’es toujours pas encore au courant, le papier, la pâte à papier, la cellulose va disparaître sous peu. Bienheureux d’écrire sur un ordinateur car d’ici demain matin, je pourrais manquer de feuilles A4 pour venir à bout de ce billet.

Livre papier contre Kindle qui gagnera

La cellulose s’étiole, les arbres ne poussent plus.

Pire ils brûlent comme les cigarettes dans la main de feu Serge Gainsbourg, bref pas d’arbre pas de livre et pas de bras pas de chocolat.

 

Où ce drame se déroule-t-il ?

Mais sous ton nez ma belle ! As-tu compté récemment les platanes qui ornent les routes nationales, les avenues de ton centre-ville ? Ben voilà, ne t’embête pas à compter, parce qu’il n’y en a plus. Disparus. Encore une victime de plus de la pollution, encore un soldat inconnu tombé au champ d’honneur du progrès. La conférence COP 21 qui aura lieu en décembre à Paris pour trouver la parade au réchauffement climatique arrive trop tard. Une sorte de happy ending qui se pointerait une fois les lumières rallumées dans la salle quand l’employé fourbu vous vire parce qu’il doit ramasser les popcorns mous et décoller les chewing-gums des fauteuils.

Le cinéma popcorn vs le livre

Trop peu, trop tard. Game over.

Fin de partie comme l’écrivait Beckett et déjà, il avait raison : c’est absurde.

Nous aurions pu nous préoccuper de replanter des arbres, ne serait-ce que pour imprimer tous les rapports alarmistes annonçant la fin des arbres dans le monde. Au moins, nous aurions été prévenus dans les temps.

 

Les arbres ne sont plus.

Adieux veaux vaches cochons.

Les arbres ont rendu les armes et tout ce que je suis capable de faire, c’est ça : des jeux de mots vaseux. Dignes d’un dimanche soir étouffant, qui donne encore moins envie d’attaquer la semaine qui s’annonce. Tu me diras, tu t’en fous tu me lis sur ta tablette ou ton smartphone un bidule tellement intelligent qu’il faut le recharger toutes les deux heures. Je pense qu’après les arbres et le papier…On va manquer d’électricité.

Adieux veaux, vaches, iPhones.

En gros, on passe d’une dépendance à une autre. On était accro à la cellulose, on sera complètement junkie mais au jus d’Edison. Tous nos appareils connectés sont des ogres en matière d’énergie et notre production n’est pas extensible à l’infini. Je le sais, nous le savons tous. La Californie a payé cher ce problème il y a quelques années. L’un des Etats américains les plus riches du pays et de la planète régulièrement en blackout en raison d’une consommation excessive d’électricité ! Ce n’est pas de la science-fiction, c’est bien trop gros pour être inventé. Je ne suis pas si créatif, loin s’en faut.

 

La faute à qui ?

À nous tous, lecteurs avides, toujours à acheter quand nous pourrions emprunter à la bibliothèque, à nos amis, nos voisins encore faudrait-il leur parler, connaitre leurs prénoms…

Toujours à imprimer pour un oui pour un non, et je ne parle pas que de l’administration fiscale ici.

J’ai travaillé des années dans une organisation internationale qui se voulait paperless et je n’y ai jamais vu autant de dossiers papier de ma vie. J’ai certainement dû louper un mémo. Il a dû finir dans la corbeille… à papier.

 

Bref, je m’arrête là et je vous délivre de ce pas de votre angoisse : cet article n’est pas authentique, encore moins étayé, il est seulement crédible. J’ai voulu m’essayer à un test comment écrire un article rapide, pas trop loin mais qui peut rapporter gros… en termes de clics.

En effet, dès qu’on intitule un post de blog la fin de …,

il parait qu’on peut faire exploser internet !

 

PS Cet article a été entièrement rédigé sans papier. Aucun arbre n’a été abattu pour l’écrire, le relire ou le réécrire.

[easy_sign_up title= »Your Title Here » phone= »1″ fnln= »1″ esu_label= »A unique identifier for your form » esu_class= »your-class-here »]

 

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>